UA-75784826-1

  • Lettre de suivi de l'actualité politique

    La Lettre de suivi de l'actualité politique de novembre vient de paraître.

    Vous pouvez la consulter:

    Lettre suivi de l'actualité politique n 15_Vdef8 nov 2017_vdefdoc (1).doc

  • Violences sexuelles : l’APF signe l’appel pour un plan d'urgence #1femmesur2

    Pour que l'on n'oublie pas les violences faites aux femmes en situation de handicap et

    plus largement parce que l'APF se bat au quotidien pour une société ouverte à toutes et

    tous et solidaire, l’APF est signataire de l’appel "Décrétez un plan d'urgence contre les

    violences sexuelles".

    Lire la suite

  • Ventes

    Si vous êtes disponibles le 17 novembre ou le 18 novembre, n'hésitez pas à contacter Lénaïg à la délégation de Brest. Nous avons besoin de bénévoles pour des ventes de bonbons à l'hypermarché Leclerc - Kergaradec.

    Vous pouvez y participer le matin, l'après-midi et pourquoi pas la journée.

    Merci.

     

  • Le cinéma parle

    L'équipe du Cinéma Parle aura le plaisir de participer au Festival Européen du Film Court de Brest qui se déroulera du 7 au 12 novembre.

    Elle vous donne rendez-vous samedi 11 novembre  :

    14 h - Le Quartz, Grand Théâtre

    DRÔLES DE COUPLES / AGENCE BELGE DU COURT-MÉTRAGE

     

    Un programme de quatre courts-métrages proposés dans leur version audio décrite aux spectateurs qui le souhaitent.

    Audio description interprétée en direct.

     

    Plus d'informations sur les films 

    https://www.filmcourt.fr/Programmation.html?programme=369

     Les courts-métrages seront également interprétés en Langue des Signes Française.

     

    Cette séance sera suivie d'un atelier présenté par Le Cinéma Parle

     16 h  - Le Quartz, Salle de commission 2

     ATELIER DE DÉCOUVERTE SENSIBLE DE L'AUDIO DESCRIPTION

     

    Découvrez les enjeux du dispositif audio descriptif !

     https://www.filmcourt.fr/Atelier-Decouverte-de-l-audiodescription.html

     Vous pouvez dès à présent vous inscrire à cet atelier gratuit en réservant votre place auprès de catherine.lebras@filmcourt.fr

     

     

  • Sans fauteuil électrique pendant cinq mois : un fournisseur négligeant condamné

     Zyg Blanquer, un habitant de Nantes, a obtenu du Tribunal d’instance de Nantes une condamnation de son fournisseur de matériel médical. Ce dernier l’avait laissé sans fauteuil électrique pendant cinq mois en 2014.

    L’affaire avait été plaidée en septembre au Tribunal d’instance de Nantes. Zig Blanquer, un tétraplégique de 37 ans, attaquait Equip’Santé Biron, son fournisseur de fauteuil électrique. Celui-ci ne l’avait pas dépanné pendant cinq mois, l’obligeant à rester dans son appartement en attendant la réparation.

    Ce 7 novembre, la décision a été rendue. Le fournisseur a été condamné à payer 4 500 € de dommages et intérêts pour le préjudice de jouissance. S’y ajoutent 1 000 € de dommages et intérêts pour le préjudice moral. Sans oublier 1 500 € pour les frais d’avocat de son adversaire. Le tribunal a retenu qu’« en acceptant de rechercher les causes des pannes et d’y remédier, Equip’Santé Biron était tenu à une obligation de résultat ».

    Une décision fixant les obligations
    Surtout, le Code de la santé publique n’a pas été respecté. En effet, le matériel de remplacement proposé n’était pas adapté et la réparation pas réalisée dans des délais raisonnables. « Le fait de ne pas disposer de matériel disponible n’exonérait pas le fournisseur de ses obligations », commente l’avocat de Zyg Blanquer, Me Stéphane Vallée. « Le Code de la santé publique ne prévoit pas de sanction. Nous avons maintenant une décision qui fixe les obligations », se réjouit-il.

    Zig Blanquer, personnalité du monde du handicap, connu notamment pour ses travaux sur la sexualité, a lancé cette procédure une fois qu’il avait changé de prestataire. « Il connaissait des personnes subissant de tels désagréments. Il a voulu aussi être utile à d’autres. » Élise Descamps

    source : revue Faire Face, novembre 2017

  • Question écrite posée à l'Assemblée Nationale

     

    M. Jean-Louis Bricout (nouvelle gauche) a interpellé Mme la secrétaire d'État, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur le bilan qui peut être fait des dépôts d'agendas d'accessibilité programmée (Ad'ap).

     

    Question N° : 61 De M. Jean-Louis Bricout ( Nouvelle Gauche - Aisne )

    Question publiée au JO le : 11/07/2017

    Réponse publiée au JO le : 17/10/2017 page : 5001

    Texte de la question

    M. Jean-Louis Bricout attire l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur le bilan qui peut être fait des dépôts d'agendas d'accessibilité programmée (Ad'ap). Obligatoires pour tous les propriétaires ou exploitants d'établissements recevant du public (ERP) qui n'avaient pas respecté leurs obligations d'accessibilité au 1er janvier 2015, les Ad'AP devaient être déposés avant le 1er octobre 2015. Il souhaite savoir quel est le bilan qui peut être fait de l'application de cette mesure notamment en termes de suivi dans l'avancement des travaux de mise en accessibilité d'une part, et d'instruction des dossiers par les préfectures, d'autre part. Dans le même temps, il souhaite que le nouveau Gouvernement puisse lui indiquer les moyens qu'il entend mettre en œuvre afin d'accélérer le déploiement du dispositif sur l'ensemble du territoire.

    Texte de la réponse

    En 2015, face à la mise en œuvre insuffisante du volet accessibilité de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, il a été décidé d'insuffler une nouvelle dynamique à la politique d'accessibilité de la cité, au moyen d'un nouvel instrument de stratégie patrimoniale, de programmation et de planification : l'agenda d'accessibilité programmée (Ad'AP). Les chiffres sont éloquents : alors qu'à la date du 1er janvier 2015, moins de 50 000 établissements recevant du public (ERP) avait satisfait à leur obligation d'accessibilité fixée par la loi de 2005, plus de 625 000 ERP sont, à ce jour, entrés dans la démarche Ad'AP et près de 500 000 d'entre eux devraient être rendus accessibles fin 2018 dès lors qu'ils se sont engagés au travers de leurs Ad'AP à une mise en accessilité en 3 ans. Cette nouvelle dynamique est donc réelle, qui a bénéficié de la mobilisation collective : des collectivités territoriales, des chambres consulaires, des fédérations et syndicats professionnels, de l'implication des services de l'Etat et des commissions consultatives départementales de sécurité et d'accessibilité (CCDSA), de l'apport essentiel des professionnels de l'acte de construire en matière d'expertise, et, enfin et surtout, de l'engagement des gestionnaires d'ERP dans la transformation de notre société. Si le nombre d'ERP entrés dans la démarche Ad'AP révèle une forte appropriation de cet instrument par les acteurs locaux et souligne la pertinence de l'approche retenue, il masque cependant une disparité entre les gestionnaires d'ERP les plus importants et les gestionnaires de « petits » ERP isolés, ceux de 5ème catégorie qui sont insuffisamment entrés dans la démarche. Le gouvernement fait donc de l'entrée dans le dispositif de ces établissements sa priorité afin que ces derniers viennent renforcer les rangs des ERP accessibles fin 2018. Il a annoncé en ce sens un accompagnement spécifique lors du comité interministériel du handicap du 20 septembre dernier ainsi que le déploiement d'ambassadeurs de l'accessibilité destinés à les mobiliser plus particulièrement et conforter l'accessibilité globale des cheminement sur les territoires.